Tikpi S. Atchadam: « Au Togo, la lutte ne fait que commencer » – Décryptage de son dernier message aux Togolais.

Par Essowoe Essenam

Dans son dernier message du 6 juillet au peuple togolais, au lendemain des élections municipales, discours présent sur les réseaux sociaux, Tikpi Atchadam, Chef du Parti National Panafricain (PNP) rappelle l’objectif de la lutte démocratique au Togo: l’alternance politique pour un mieux être des Togolais.
Message audio de Me Tikpi S. Atchadam au peuple togolais le 6 juillet 2019

Un rappel du contexte historique de la lutte politique

Tikpi Atchadam commence son dernier message aux Togolais par un rappel du contexte de la lutte politique en cours au Togo: le coup d’état militaire de 1963 qui a privé les Togolais de leur démocratie naissante et mis en place le parti unique et un régime dictatorial de Gnassingbé-père à Gnassingbé-fils, une « politique de conservation du pouvoir au sein d’une seule famille entourée de courtisans ». Un « bilan de cinquante-sept ans de pouvoir » qui est un « fiasco » du « point de vue de la gouvernance politique, économique et social », faisant une minorité de riches et une majorité de pauvres.

En fait, le leader du parti au cheval rappelle aux Togolais pourquoi, depuis les années 90, ils sont en lutte contre le pouvoir et le système politique actuels qui gouvernent le Togo.

Un peuple bâillonné est un livre: si vous ne l’ouvrez pas , il ne parle pas et, ce n’est pas parce qu’il ne parle pas qu’il ne contient rien. Mais, il vaut mieux l’ouvrir que d’attendre qu’il s’ouvre de lui-même car, c’est un livre sous le soleil: un jour ou l’autre, d’une manière ou d’une autre, son contenu finira par être dévoilé.

L’homme politique togolais précise que « la pauvreté extrême des Togolais contraste avec l’opulence insolente dans laquelle vit la minorité pilleuse » avant de se prononcer sur la nouvelle invention du gouvernement de Faure Gnassingbé: le Haut Conseil de la Diaspora.

Le pouvoir propose à la diaspora ce qu’elle n’a jamais demandé: le Haut Conseil de la Diaspora

Après avoir montré comment la misère entretenue par la « minorité pilleuse » pousse les Togolais à quitter leur patrie pour rechercher un mieux-être ailleurs et aider leurs familles, Tikpi Atchadam dénonce l’initiative fallacieuse du gouvernement togolais consistant à la création d’un haut conseil de la diaspora, précisément « Haut Conseil des Togolais de l’extérieur » qui ressemble étrangement au « Haut Conseil des Ivoiriens de l’étranger » approuvé en mai 2011 par Alassane Dramane Ouattara, président de la Côte d’Ivoire (https://www.jeuneafrique.com/142950/politique/c-te-d-ivoire-la-diaspora-dans-tous-ses-tats/ ). Est-ce une coïncidence?

Rappelons que le pouvoir togolais a annoncé récemment cette initiative qui permettrait à 77 délégués (http://www.rfi.fr/afrique/20190703-togo-nouvel-organisme-une-diaspora-plus-politique) de la diaspora de siéger suite à un vote par internet à la fin de l’année 2019 alors que, comme le souligne le leader du PNP, le gouvernement ne se prononce toujours pas sur le droit de vote des Togolais de la diaspora qui font déjà un apport économique important à leur patrie à travers l’appui financier qu’ils donnent à leurs familles ce, à la place du pouvoir. La diaspora, selon T. Atchadam « demande l’alternance pour la démocratisation et le développement du Togo ».

Des institutions pour la pérennisation du pouvoir

Au passage, le Chef du PNP décrit comment les institutions actuelles du Togo sont au service de la pérennisation du pouvoir de Faure Gnassingbé et la division entre le Togolais. Il dénonce le discours sur le terrorisme que tient le pouvoir togolais à l’étranger, une ruse pour envoyer l’armée contre le peuple en lutte pour sa liberté. Il dénonce aussi le silence du pouvoir face à des investisseurs étrangers qui imposent à leurs employeurs togolais des « conditions de travail inhumaines ».

L’espoir du pays vers lequel nous allons…

Il salue la mémoire des Togolais tombés dans le cadre de cette lutte pour leur mieux-être et redonne l’espoir du « pays vers lequel nous allons(…), un pays de liberté, de justice et de prospérité pour tous, un pays par tous et pour tous. Dans ce nouveau pays (…), il n’est plus question de légitimité par filiation, la souveraineté appartient au peuple qui l’exerce en toute liberté (…) ». Il invite le pouvoir à s’ouvrir à la volonté du peuple, à son désir de « liberté et de justice ». » Et d’affirmer: « Le Togo est une prison à ciel ouvert: à l’intérieur comme à l’extérieur de cette prison, nous sommes tous des détenus de la minorité ».

Déraciner la dictature, une tâche capitale en route vers 2020…

Le leader emblématique du PNP rappelle à ses compatriotes la condition essentielle à l’alternance: « déraciner la dictature » en place. Il souligne la nécessité de rester vigilant face aux rumeurs tendancieuses sur un possible retrait volontaire du président togolais qui choisirait lui-même un successeur à la veille des présidentielles de 2020.

Le renoncement de Faure à son quatrième mandat ne viendra pas nous trouver dans nos maisons (…) Notre destin dépend de nous et de nous seuls…

T. Atchadam insiste auprès des Togolais qu’ils leur appartient de se battre eux-mêmes pour obtenir l’alternance (et la démocratie) qu’ils recherchent. « C’est dans la rue que nous devons l’obtenir, c’est dans la rue que nous devons aller chercher notre liberté en tant que peuple » poursuit-il. Et de conclure: « Si nous attendons que quelqu’un d’autre exige de Faure qu’il renonce à son quatrième mandat, nous nous trompons éperdument…Tout est rapport de force…Notre destin dépend de nous et de nous seuls. »

Un appel à l’unité du peuple togolais au lendemain des locales

C’est sur un ton de supplication que Tikpi Atchadam invite les Togolais à rester unis pour l’objectif principal de la « dernière étape de la lutte » sans se laisser diviser par le jeu malsain de qui a participé aux élections municipales et qui n’y a pas participé. Cette « étape une fois passée est oubliée », estime-t-il. « Regardons haut et devant, le regard fixé sur le pays vers lequel nous allons. Désormais, nous avons un grand parti politique auquel nous appartenons tous: ce parti est TOGO. » Il exhorte toutes les composantes de la société togolaise incluant la diaspora à travailler dans « un esprit de convergence d’actions visant à déraciner la dictature ».

Le peuple doit se tenir prêt face aux mots d’ordre à venir

Pour finir, Tikpi Atchadam exhorte le peuple à se tenir prêt « face aux mots d’ordre à venir » car « La lutte ne fait que commencer ». Il n’exclut pas l’approche du retour au Togo de tous les Togolais de l’extérieur à commencer par ceux de l’Afrique de l’Ouest car, « Notre lutte reste pacifique et le nombre est notre force ». Il termine son discours en invitant certaines hautes personnalités comme Gilchrist Olympio, Edem Kodjo, Léoplod Gnininvi, Yaovi Agboyibor et Zarifou Ayéva à suivre l’exemple de Mgr P. Kpodzro en se prononçant publiquement contre le quatrième mandat de Faure, estimant que leurs voix sont importantes à cette étape de la lutte.

Rappeler aux Togolais la raison principale de leur lutte politique

Notons que ce discours du leader national du PNP intervient au lendemain du résultat provisoire des élections municipales qui a donné gagnant le parti au pouvoir : l’Union pour la République (UNIR). Il a le mérite de recentrer l’attention des Togolais sur la raison principale de leur lutte (l’alternance politique au sommet de l’Etat), d’appeler à l’unité du peuple aux lendemains des locales et à la convergence d’actions pour obtenir l’alternance recherchée. Un autre point non négligeable est l’interpellation par le T. Atchadam de certaines personnalités à se prononcer publiquement contre un quatrième mandat de Faure Gnassingbé, un appel à prendre position pour le peuple.

Pour aller plus loin

Le leader du parti au cheval qui, une fois encore, s’est montré rassembleur pour la cause commune de notre patrie, sera-t-il écouté? Quel sera la cadre de la convergence d’action des couches de la société togolaise évoquée? Quelle sera la prochaine étape de la lutte? Comment organiser le retour de tous les Togolais pour conclure la lutte? Autant de questions qui méritent réflexion.

Pour l’heure, T. Atchadam a le mérite de recentrer le débat sur l’alternance politique et de réveiller les Togolais face aux élections locales qui sont comme une ruse du pouvoir pour détourner leurs regards de l’essentiel, mieux les endormir pour mieux se maintenir au pouvoir en 2020.

Large diffusion

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée.