BAD : le Canada disposé à …

BAD : le Canada disposé à augmenter sa souscription au capital exigible

Les autorités canadiennes viennent d’annoncer que leur pays est prêt à augmenter de 1,1 milliard de dollars, sa souscription au capital exigible de la Banque africaine de développement. L’information a été confirmée par cette dernière dans un communiqué rendu public ce jeudi 18 avril et dans lequel elle s’est montrée très enthousiaste.

Le Canada se montre de plus en plus comme un partenaire indéfectible de la Banque africaine de développement (BAD). En fin de semaine dernière, les autorités du pays nord-américain ont annoncé qu’elles étaient disposées à augmenter temporairement la souscription de leur pays au capital exigible de la Banque.

« Je suis heureuse de dire qu’aujourd’hui, le Canada fait la preuve de son engagement envers les pays africains et de la confiance qu’il accorde à la Banque africaine de développement en annonçant que le pays apportera temporairement jusqu’à 1,1 milliard de dollars au capital exigible de l’institution, selon ses besoins », a déclaré la ministre canadienne du Développement international et ministre des Femmes et de l’Égalité des genres, Maryam Monsef.

La responsable qui s’exprimait devant les corps diplomatiques en poste à Washington et les gouverneurs de la Banque, a souligné le caractère privilégié du partenariat entre la BAD et son pays.

Cette annonce du membre du gouvernement canadien intervient alors que les gouverneurs de la Banque venus à Washington sont toujours entrain de débattre sur la possibilité d’une 7e augmentation générale de son capital (AGC). Cet appui du Canada est stratégique et contribuera à renforcer la notoriété de la Banque dans le monde des finances et lui permettra également de pouvoir apporter son soutien aux pays africains, expliquent les sources au sein de la BAD.

Renforcer la position de la BAD

« L’engagement et le soutien du Canada représentent un énorme coup de pouce à l’institution. La Banque sera en mesure de renforcer sa notation triple A et d’augmenter les prêts qu’elle octroie à ses pays membres parallèlement aux discussions en cours entre tous les actionnaires en vue d’une augmentation générale du capital », a commenté le président de la BAD, Akinwumi Adesina, qui a également relevé le soutien indéfectible du Canada à la Banque.

Cette décision du Canada devrait également encourager d’autres pays membre de la BAD et ayant la notation triple A à se joindre pour souscrire temporairement au capital exigible de la Banque. Maryam Monsef en a même lancé un appel en ce sens, réaffirmant son soutien. « J’espère sincèrement que cette annonce facilitera les négociations sur l’augmentation générale du capital et contribuera à soutenir vos efforts. Le Canada est à vos côtés », a-t-elle déclaré.

Le Canada est actionnaire de la BAD depuis 1983 et a participé à toutes les augmentations générales de capital. En 2010, au cours de la période de négociations sur la 6e AGC, le pays avait injecté un capital exigible temporaire, une décision qui avait permis à la Banque de continuer d’apporter son soutien aux pays membres régionaux au lendemain de la crise financière internationale, a rappelé la Banque dans son communiqué de presse.


https://afrique.latribune.fr

Large diffusion